Donuts Land

Elle est belle l’Amérique, tiens.
Homicides par ici, attentats par là.
Ces enfoirés de dogs, gang de vermines, limiers en mal de violence, assoiffés de rage et prêts à obéir aux ordres de types plus pourris qu’eux.
Doug aussi obéissait aux ordres, parfois même les plus drastiques.
Mais merde, pas comme ça. Lui n’était pas une vermine. C’était juste une flicaille.
« Les ordres, les ordres. File-moi un double donuts caramel, Joe. »
S’attabler ici, savourer ce beignet gras qui colle vos doigts et titille votre glycémie, c’était tout ce que Doug souhaitait en ce moment.
Peu importe que le téléphone sonne.
« Un incendie sur Lane Avenue ? Je sais. Envoie Stew. Je suis occupé. »
Doug raccroche et regarde les traînées grasses de sucre sur le visage de sa fille, Sherry, en fond d’écran. Elle sourit.
Chaque nuit, elle réclame son père. Et chaque nuit, il n’est pas là.
Il combat la vermine.
« Pas ce soir. » murmure-t-il.
Puis il se retourne vers Joe.
« File-moi deux autres beignets. Et deux coca. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *